LE GRAND ENTRETIEN DE GÉRALD WITTOCK

INTERVIEW  GÉRALD WITTOCK

La vie ne dure que sept villes

  • P77, 78, 79 : « Ma tête de méditerranéen ne revient absolument pas au système de l’oncle Sam (…)Je pense raisonnablement que les USA sont un agglomérat d’États d’homosexuels primates et refoulés, qui ont conservé le mythe selon lequel tous les arabes se font niquer par des bites chrétiennes. (…)Mustang ou Musulmang ? les ricains finissent toujours par grimper dessus, et les dominer, Alors ce n’est pas quelques lettres qui vont les faire changer de position : à califourchon sur le monde ! » . On dirait que vous n’aimez pas beaucoup les américains ?

L’adage ne dit-il pas « qui aime bien châtie bien » ?

Avant de répondre à votre question, je me dois de répondre à celle-ci : qui sont les américains ?

 Je ne parle pas des autochtones, des indiens que l’on a chassés, ni des esclaves que l’on a sauvagement importés pour nous enrichir, en Louisiane et ailleurs, mais de nous, les colons arrivés en masse depuis le 15ème siècle, une fois l’italien Christophe Colomb nous ayant ouvert la voie : les premières vagues d’espagnols, de portugais, même de français, avec plus tard, de 1777 à 1781, le marquis de la Fayette combattant aux côtés de George Washington… Ces américains ne sont-ils pas en quelque sorte nos ancêtres, notre famille ?

 Sans oublier les générations successives, en grande majorité, des irlandais et des italiens qui ont fui notre vieille Europe au 19ème siècle, et dans lesquels un grand nombre d’entre nous peut se reconnaître, dans les récits, au cinéma, dans l’art et à travers la publicité. Et tellement fort que bien souvent, on en rêve. Qui n’a pas été, un jour ou l’autre, obnubilé par ce grand rêve américain ?

 Et pourtant, vous avez raison. Comme dans toute fratrie, les sentiments peuvent être mitigés (ce n’est pas comme pour ses enfants, à qui l’on voue un amour inconditionnel). Nos frères de l’oncle Sam, je ne les aime pas beaucoup. Ou plutôt, je n’aime pas tout en eux. Je n’aime pas leur démesure qui leur donne cette impression de toute puissance, de détenir la seule et unique Vérité. Au nom de leur démocratie et de leur dieu, le Capital, ils envahissent le Monde et font la guerre partout, sauf chez eux. Je n’aime pas leur hypocrisie. Je n’aime pas leur vie aseptisée, pasteurisée comme leurs fromages, qui s’impose petit à petit en Europe. Au nom de la Liberté, tout (et son contraire) est interdit.

  • P97 Vous consacrez tout un paragraphe, très drôle, à Jésus. Avez-vous, vous-même reçu une éducation catholique ? et si oui, qu’en avez-vous gardé ?

 Je crois en Dieu. Il est Amour. Car « l’amor » donne la vie. Il fait que la vie survit à la mort. Et Jésus est le plus grand révolutionnaire de tous les temps. Les récits de sa vie et de ses actes sont les beaux exemples des voies que l’on devrait suivre pour réussir notre vie sociétale. Quel chamboulement dans nos mœurs. Quels beaux messages philosophiques et de Paix. Dommage que certains dirigeants – et osons les nommer tels qu’ils sont réellement, de tristes tyrans – les ont oubliés, à peine sortis de l’Église en se signant de la croix pour tenter de donner le change.

Le Monde occidental est bercé par le christianisme. Impossible d’échapper à plus de deux mille ans de la plus grande entreprise de marketing viral. Et je n’en ai aucune envie. J’ai effectivement reçu une éducation catholique. Je suis baptisé, j’ai fait ma première communion, et à onze ans, j’ai proclamé ma Foi. Au-delà de cette profession de foi, quand on me demande ce que je voudrais faire quand je serai grand, je réponds inlassablement : « je serai Pape ».

Heureusement, je n’ai pas grandi.

  • P131 « Ou même le président serait une femme, musulmane, voilée et pratiquante. ». Serait-ce votre souhait ?

Je ne suis pas un Thomas : je n’ai pas besoin de voir pour croire. Mais je l’avoue, arriver à dépasser Michel Houellebecq dans sa Soumission, et oser imaginer à la tête d’un des États les plus conservateurs d’Europe, une femme (on l’attend depuis la Révolution de 1789), musulmane (oui, pour ça, je n’ai aucun mérite : Michel l’a déjà prédit), voilée et pratiquante, la vision est plutôt explosive, n’est-ce pas ?

  • P167, Eva se révèle être un personnage infiniment cruel, mais ne serait-elle pas plutôt dans la vengeance car elle sait que, dans le fond, Gérald ne l’aime pas ?

 Eva n’est pas cruelle. Elle est humaine et, vous avez raison, sûrement blessée. Alors ses fausses réactions sont naturelles. Je pense qu’elle se venge parce qu’elle s’est trompée sur l’homme qu’elle désirait aimer, croyait aimer et rêvait d’aimer. Je pense que si les hommes ou les femmes se sont trompés en croyant avoir trouvé leur âme sœur, ils finissent par tromper. On trompe car on s’est trompé. Et cela laisse un goût amer en bouche. Entre aimer et amer, il n’y a qu’un tout petit et faible « i », virtuel s’il n’est pas vertueux, comme dans i-Phone, un ami artificiel que l’on croit utiliser en bonne âme et conscience mais qui nous coupe du vrai monde, comme l’amour jaloux et aveugle quand on a 18 ans à peine.

  • P 182 « À quoi reconnaît-on une salope (…) ? Provocation ou amertume ?

Jésus a connu un véritable calvaire sur son chemin de croix. Il est mon frère, au même titre que Dieu est notre père. Et mon crâne est un gage de notre fraternité. Ma calvitie atteste du vécu de cette amertume très provocatrice. Tellement provoquante qu’elle n’a cessé d’attirer bon nombre de femmes qui ont pris du plaisir…à me plumer. C’est là tout le charme que dégage le gibier blessé : les hyènes, les vautours et autres carnassiers de seconde zone s’adonnent à leur sport favori, le dépeçage, alors que fragile et agonisant, vous continuez de rêver tendrement à votre dépucelage et à vos amours naissants, perdus à jamais ?

  • P185 et 186, vous mettez en parallèle le christianisme et le nazisme, au-delà de la provocation, pourquoi avez-vous choisi de traiter cette religion avec tant de haine, une histoire personnelle se cache-t-elle derrière votre récit ?

Toute religion est humaine. Avec ses qualités mais surtout ses faiblesses, ses imperfections et ses dérives. Je ne peux traiter que ce que je crois connaître. Je suis croyant. Mais cela ne me rend pas aveugle. Je vois toute la beauté et la puissance des églises, des basiliques, des cathédrales, du Vatican… Grandiose, merveilleux ! Mais à quel prix ? L’enrichissement par la corruption sous un prétendu ordre divin, l’escroquerie des pauvres et des faibles, l’exploitation des crédules, les guerres soi-disant saintes, les bûchers où l’on ne se contentait pas de brûler les livres ? Est-ce vraiment ce que Dieu souhaite, ce que Jésus nous a enseigné ?

  • P190 « Ils peuvent rougir, ces parisiens, face à la candeur de notre bonne mère, qui veille sur nous, du haut de la colline. ». Ici, plus qu’une question, une remarque : La Bonne Mère, c’est aussi ça le catholicisme. Il n’y a pas de monument ni de splendeur nazi.

C’est compter sans le gigantisme voulu par Adolf Hitler et l’architecte Albert Speer, qui construisait en pensant aux vestiges que laisseraient les bâtiments après des centaines d’années. C’est oublier Zeppelinfeld et Zeppelinweise à Nuremberg, le Théâtre national de Sarrebruck ou le projet de transformer la capitale impériale Berlin en Germania.

Mais vous avez raison : l’on bâtit, fort heureusement, plus en deux mille ans qu’entre 1933 et 1945. Et les membres du parti national-socialiste n’avaient qu’à se baisser pour confisquer et voler aux familles juives, au nez et à la barbe du monde complaisant, les chefs d’œuvres des plus grands maîtres. Alors c’est de bonne guerre que l’on ait bombardé les édifices nazis puisqu’ils avaient épargné nos églises.

  • P195 « Si je m’en tire, c’est promis Papa, je prendrai un job par lequel je ferai du bien ! ». Malgré tout, Gérald a la Foi car il s’adresse à son père comme on s’adresse à Dieu.

 Oui, j’ai gardé la Foi. Je crois toujours et encore en l’Amour. Malgré ma calvitie.

 

L’ART MONICA

  • P216 « Il m’a raconté qu’il peut m’introduire auprès d’un certain Monsieur Jean-Claude Bodini, sénateur et Maire de Marseille (…) Le maire aurait « introduit» de force Nasser lorsqu’il n’avait que quinze ans ». On reconnaît évidemment Jean-Claude Gaudin, ne craignez-vous pas une assignation par sa famille ?

Vous me faites plaisir en me confondant avec Philippe Pujol, qui est un excellent journaliste et un véritable écrivain confirmé. Mais non, ce modeste premier roman, «  Le Diable est une Femme », n’est qu’une pièce de théâtre qui se déroule en 4 actes. Et les préliminaires de la page 7 sont un avertissement qu’on ne peut plus clair. Ce serait trop d’honneur que de m’attirer les furies d’une famille respectable alors que « cette histoire, bien qu’inspirée de lieux réels, de noms de personnes ou de personnalités qui existent ou ont existé, et d’événements qui auraient pu se produire mais qui se sont déroulés, n’est pas qu’une simple fiction. Toute ressemblance avec des personnages ou des situations est purement fort « tweet ». »

  • P228, Pourquoi tant d’accidents de la route tout au long de votre récit ?

Parce qu’ils sont un tournant dans la vie de leurs victimes et de leur entourage. La vie peut se créer par accident, elle peut se perdre par accident, et surtout, elle peut changer, accidentellement.

  • P 239 « Comme le Christ aurait dû le faire à Judas (…) Jamais plus tu ne me renieras ! Tu m’entends ? Et jamais plus tu n’entendras le « chant du coq » ! ». Votre héros est musulman, d’où lui viennent ces références chrétiennes ?

Ce n’est pas parce que le prophète Mahomet est né près de six cent ans après le Christ que nos religions ne partagent pas la même histoire, ne recherchent pas la même Vérité. Au contraire. Le Coran est bien plus moderne et truffé de mille références à nos deux testaments.

Le Prophète a dit :

« Que celui d’entre vous qui entend chanter un coq implore Allah de lui accorder Sa Grâce, car il (le coq) a aperçu un ange. Et celui d’entre vous qui entend braire un âne cherche refuge auprès d’Allah contre le diable, car il (l’âne) a aperçu un démon. »

Dans le deuxième acte de mon récit, Mohammed pense à ce chant du coq. Monica ne pourra plus demander la Grâce. Tandis que moi, l’auteur, fais bien évidemment référence à Judas et à cet autre chant du coq : le sentiment de la culpabilité judéo-chrétienne.

 

LA MUTATION

  • P262 « Les discussions qui vont bon train portent sur les neuf cas de greffe d’utérus dans l’abdomen masculin » Si vous en aviez la possibilité, vous feriez-vous greffer un utérus ?

Ah non peut-être ? En belge, cela veut dire « oui » !

 Porter un enfant, donner la vie. Voilà notre tendon d’Achille. Voilà notre seule et énorme différence face à la suprématie de la Femme. Que nous aimons et adorons avant même notre naissance.

Oui, je rêve de pouvoir porter un enfant, de le faire grandir en moi, et de lui donner la vie. Peut-être que je n’aurais plus besoin d’écrire ou de réaliser de grandes choses pour tenter d’exister ? Pouvoir enfanter. Il n’y a rien de plus puissant et de plus abouti. Donner la Vie ! Seul Dieu, l’Amour, en fait la Femme, le peut. Quelle leçon d’humilité que nous, les petits hommes avec un petit h, l’on prend en pleine gueule, et avant même notre débarquement sur la planète terre. Le reste, nos muscles, les guerres et le machisme, ce n’est que de la pure supercherie et un triste aveu d’impuissance.

  • P268 « Souvenez-vous : En coupant la tête des monarques, en inventant un État laïc, l’on a aussi coupé celle de l’Église. Plus efficacement remplacée par une démocratie illusoire, offerte en pâture aux grandes gueules, pour mieux asservir les gens ». Nostalgie ? C’était mieux avant ?

Avant Poutine, il y avait Staline. Et avant Lénine, il y avait les Tsars. Allez demander aux russes et aux ukrainiens qui ils préfèrent.

Tout ça pour ça ?

On a coupé la tête de Louis et de Robespierre pour se taper un Bonaparte ou un Macron ? Qu’est-ce qui a vraiment changé ?

Vous croyez sérieusement que l’on a inventé la consommation de masse pour faire plaisir à la terre et à ses habitants, ou bien pour trouver des débouchés à la production de masse par laquelle les nantis peuvent continuer à s’enrichir ? Et la communication de masse, à qui profite-t-elle ? Et le monde virtuel, notre nouvelle religion, n’est-il pas plus fort que l’opium du peuple ?

Certes, je suis né avec une petite cuiller d’argent dans la bouche. Mais il y en a qui sont nés dans un grand Bolloré. La différence entre les rois et les parvenus, c’est qu’on est roi pour la vie. Et qu’on ne l’a pas choisi. On reçoit une éducation pour tenter de diriger au mieux une nation que l’on apprend à aimer. On peut être tenté de la voler, au début de son règne. Mais après de longues années à tenter de régler les problèmes de son royaume, c’est peut-être comme pour les vieux couples, le batifolage est un peu moins amusant, non ? Et puis, derrière l’État, il y a un visage, un nom, un Roi sur qui taper si l’on est mécontent.

Être Président, c’est un choix personnel, un rêve jupitérien, pour 5 ans. Avec une seule possibilité de récidive. Pas de quoi en faire un fromage ! Juste de quoi se gaver et d’arroser son entourage pendant quelques années. Avec une belle retraite à la clef. Alors, ne me demandez pas de voler au secours du système actuel, créé pour faire main basse sur la société en un minimum de temps. Derrière l’État, un gouvernement, une administration, sans visage. Et quand on veut taper, le Président n’est plus en place. Il y en a un autre. Qui fera des pires conneries encore. Le seul truc positif, c’est qu’en théorie, c’est ouvert à tous. Mais dans la pratique, c’est une loterie pipée à l’avance.

Donc, entre Roi ou Président, mon cœur vacille. Mais tant qu’il y aura un peuple, l’un et l’autre pourront se faire des cheveux blancs : tôt ou tard, ils seront renversés ou déchus. La nature reprend toujours ses droits.

  • P293 « Je ne sais pas….ça sonne plutôt anarchiste. Et ça fait insoumis, vous ne trouvez pas ? » Insoumis, n’est bien sur pas la par hasard, est-ce un message électoral ?

 Oui. Votez pour la planète. Votez pour la paix. Votez pour la vie. Votez Philippe, Roi des Belges.

Votons pour que nos enfants puissent encore respirer, vivre et rougir de nous, du monde qu’on leur laisse.

Un seul message donc : exprimez votre avis dans les urnes. Chaque voix compte.

Vive la République. Vive le Roi !

  • P309 « Je suis convaincue que toutes les politiciennes sont véreuses et misandres. ». Même Madame Mélenchon ?

Vous voulez parler de son ex-femme, Bernadette Abriel, ou de sa fille, Maryline Mélenchon ? Je n’ai pas le plaisir de les connaître. Mais je n’aimerais pas être à leur place. Cela ne doit pas toujours être facile de porter Mélenchon. Environ 80 kg…

  • P334 « Le sexe ne serait-il plus un outil, voire une arme dangereuse de discrimination ? Les femmes et les hommes pourraient enfin vivre ensemble dans notre petite galaxie, réconciliés, unis vers l’uni, dans un seul univers, l’unisexe ? ». Ne pensez-vous pas qu’un monde hermaphrodite, au contraire de l’unification, serait plutôt la destruction de la moitié de l’humanité ? L’intérêt de la Vie, n’est-il pas la différence et l’altérité ?

 Sérieusement, oui. Vous avez raison. L’intérêt de la Vie, ce sont toutes les différences et l’altérité. Les jeunes et les moins jeunes ne devraient plus avoir à affirmer leurs préférences sexuelles. Cela ne regarde personne si ce n’est les individus concernés. Pourquoi avoir peur de différencier les couleurs de peaux, de cultures et de races, si on les aime et qu’on les apprécie toutes ?

C’est là tout l’objet de mon prochain roman, « 1m976 », où j’écris dans la préface :

« De nos jours, ce même ado devenu adulte, est confronté au puritanisme exacerbé, à l’hypocrisie d’une société postcoloniale, par lequel l’on s’interdit de parler d’une couleur de peau sous peine d’être traité de raciste, alors que la biodiversité des hommes est au cœur de nos richesses culturelles. C’est quoi cette édulcoration ? Le déni d’une fin de race blanche qui s’est longtemps crue supérieure ?

L’on devrait faire entrer Joséphine Baker au Panthéon non pas parce qu’elle est la première femme noire à pouvoir y accéder, mais parce qu’elle fut une femme exceptionnelle, une artiste engagée, une américaine amoureuse de notre terre d’accueil, Paris et la France du temps où elle ne fermait pas la porte aux réfugiés, et une résistante bien plus forte que les trop nombreux collabos bienpensants d’une caste transparente de politiciens véreux, de tous les bords, et malheureusement français.

Notre vieil ado, qui a été bercé par la révolution sexuelle de l’après 68, est confronté au mouvement #metoo, relayé par les médias avec une telle ampleur, qu’il est devenu hasardeux de nos jours, de faire la cour à une femme. Non, il n’est plus bon de différencier les sexes au XXIème siècle. Si bien qu’aujourd’hui, les adolescents hétérosexuels se sentent exclus. Pour être populaire au lycée, il faut être iel, pansexuel, polysexuel, ou à la rigueur, simplement bisexuel.

Saluons au passage les progrès de la médecine dans notre nouveau monde politiquement correct :

On n’est plus aveugle, on est non-voyant. On n’est plus sourd, on est malentendant. On n’est plus handicapé, on est une personne à mobilité réduite. Comme si on voulait effacer, en gommant ces différences, les qualités et les sens ultradéveloppés chez nos semblables pour compenser leur handicap. »

  • P323 « Monica lui manque tellement. Monica le marquera jusqu’à la fin des temps. » Parmi toutes les héroïnes composants votre récit, Monica, semble être la plus importante d’entre elles ?

Entre nous, pas de faux semblant. Alors, qui se cache derrière Monica ? Pour Mohammed, Petru sans aucun doute. Pour Gérald, Hélène. Pour Michel, Gabrielle.

Je vous l’ai dit : l’homme passe sa vie à chercher son âme sœur. Il aime la Femme, éperdument, désespéramment. Il l’aime à tout prix, même et surtout si elle possède une grande part d’homme en elle. Et la boucle est bouclée.

  • P353  « Mai 68, c’est comme les gilets jaunes. C’est devenu un petit feu de pacotille, des revendications tombées dans l’oubli. Pour finir, ce sont encore et toujours les mêmes énarques qui dirigent. C’est normal. Ou plutôt, c’est Normale Sup.» Les soixante-huitards d’hier, ne sont-ils pas les bourgeois dirigeants d’aujourd’hui ?

Tout-à-fait, oui, et comme le chantait si bien Jacques :

« Le cœur bien au chaud

Les yeux dans la bière

Chez la grosse Adrienne de Montalant

Avec l’ami Jojo

Et avec l’ami Pierre

On allait boire nos vingt ans

Jojo se prenait pour Voltaire

Et Pierre pour Casanova

Et moi, moi qui étais le plus fier

Moi, moi je me prenais pour moi

Et quand vers minuit passaient les notaires

Qui sortaient de l’hôtel des Trois Faisans

On leur montrait notre cul et nos bonnes manières

En leur chantant

Les bourgeois c’est comme les cochons

Plus ça devient vieux plus ça devient bête

Les bourgeois c’est comme les cochons

Plus ça devient vieux plus ça devient ».

 

LE DIABLE EST UNE FEMME

  • Est-ce votre histoire la plus personnelle ?

Toutes les histoires sont personnelles. Mais il est vrai que j’ai écrit ce quatrième et dernier acte suite à la mort de papa, le 3 juillet 2020. J’ai dû l’avaler cul sec. D’une traite. Sans pouvoir l’enterrer ni faire le deuil. Alors mes yeux ont déversé, sans discontinuer, des larmes et des lignes, couchées les unes après les autres sur ce papier glacé. Et je vous avoue qu’il m’arrive encore, dès l’aube, de me perdre et de me noyer jusqu’au crépuscule, dans la froideur glaciale du vide de son départ. C’est sans doute cela, la vie après la vie.

  • Lucy est diabolique, pensez-vous que la haine se transmet de génération en génération ?

D’après les psychiatres, la génétique n’est tenue responsable qu’à concurrence de 20% dans les maladies psychotiques. Les 80% restent à charge de l’acquis, des traumatismes vécus au sein de la famille et en société.

Déterminisme ou existentialisme, telle est la question posée dès le 20ème siècle par de nombreux philosophes dont Jean-Paul Sartre. Et si je dois m’en référer à la Loi des 20/80, j’aurais tendance à dire que la haine se développe à travers le vécu et que l’individu a toujours le choix. Les trois L de la filiation satanique parfaite, Léa, Louise et Lucie, ne sont que le terreau par lequel Lucifer a déployé ses trois ailes.

  • Pour finir, si vous deviez emporter 3 chansons ou albums sur une île déserte ?

Là, vous me demandez de faire un tri parmi les 92 chansons qui sont reprises dans la discographie du roman. Ce n’est pas facile, car toutes ont marqué nos existences.

Mais je me prête au jeu :

– Such a Shame, de Talk Talk, car c’est notre chanson, à Hélène et moi.

– Ma quale idea, de Pino d’Angiò, au cas où une jolie sirène venait à passer.

– Et si en plus y’a personne, de Alain Souchon, pour mon papa qui sera sûrement là avec moi.

https://guilaine-depis.com/

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.